Qu'est-ce que les énergies fossiles ?

Les énergies fossiles : qu’est-ce que c’est ?

Les énergies fossiles sont issues de la décomposition très lente d’éléments vivants (principalement des végétaux) durant des millions d’années : de cette décomposition se crée naturellement du charbon, du pétrole ou encore du gaz naturel.

A l’inverse des énergies renouvelables, les énergies fossiles ont une quantité limitée et leur extraction implique leur épuisement.

L’usage des énergies fossiles produit énormément de CO2 et autres gaz à effet de serre, qui sont l’une des causes importantes du réchauffement climatique.

Quelles sont les énergies fossiles ?

Les trois principales énergies utilisées aujourd’hui dans le monde sont des énergies fossiles. Elles sont : le pétrole, le gaz naturel et le charbon. A elles trois, elles représentent 80% des énergies consommées.

Le pétrole

Le pétrole est une huile minérale résultant d’un mélange d’hydrocarbures (corps composés de carbone et d’hydrogène uniquement) et d’autres composés organiques. L’exploitation de cette source d’énergie fossile est un pilier pour l’industrie contemporaine : le pétrole est présent dans la quasi-totalité des carburants liquides (fioul, gazole, kérosène, essence, GPL). Le naphta, liquide transparent issu de la distillation du pétrole, est quant à lui très utilisé pour un bon nombre de matériaux usuels (plastiques, textiles synthétiques, caoutchouc, détergents, engrais, etc…). L’exploitation du pétrole permet aussi la fabrication industrielle de bitumes, paraffines et lubrifiants.

Bien que sa part ait considérablement baissé (46,2% en 1973 contre 31,9% en 2016), le pétrole est la source d’énergie la plus utilisée dans le monde, devant le charbon et le gaz naturel.

Le charbon

Le charbon est le résultat de la transformation de biomasse (ensemble des matières organiques qui peuvent se transformer en énergie, résidus de forêts principalement). Il est composé de soufre, d’oxygène et de carbone.

En 2015, à l’échelle mondiale, environ 28% des besoins énergétiques étaient satisfaits par le charbon. Cependant, depuis 2014, la demande mondiale a reculé de 4% environ. L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit une stagnation de la consommation jusqu’en 2022.

Le charbon traverse une ère bien noire, due entre autres aux prix du gaz en baisse et au développement des énergies renouvelables. Selon Carbon Tracker, 54% des centrales au charbon européennes perdent de l’argent et elles seraient 97% en 2030, pouvant entraîner une perte de 22 milliards d’euros rien qu’en Europe.

De toutes les énergies utilisées par l’homme, c’est le charbon qui émet le plus de dioxyde de carbone (CO2).

Le gaz naturel

Le gaz naturel est un combustible fossile composé d’un mélange d’hydrocarbure gazeux (dont le méthane principalement). Il est exploité pour produire de la chaleur et de l’électricité ainsi que dans certains processus industriels.

Le gaz naturel est moins polluant et libère moins de gaz à effet de serre que les autres hydrocarbures (pétrole, charbon). De plus, ces réserves sont plus importantes que celles du pétrole.

La disponibilité de cette énergie s’est accrue avec le développement du gaz naturel liquéfié (GNL). Une fois le gaz liquéfié, il peut être transporté à travers le monde et regazéifié.

Le gaz naturel, en plein essor, devrait représenter un atout important pour la transition énergétique pour plusieurs raisons dont : sa pollution moindre comparée aux deux autres grandes énergies fossiles, ou encore son prix moins élevé que l’électricité en Europe. Actuellement, sa consommation mondiale environne les 22% du total des énergies utilisées.

Et le nucléaire dans tout ça ?

La question se pose parfois : l’énergie nucléaire est-elle une énergie renouvelable ? Les centrales nucléaires utilisent l’uranium comme combustible. Sur Terre, l’uranium est une ressource fossile et non-renouvelable.

L’énergie nucléaire est issue de la transformation de certains noyaux atomiques radioactifs lors de deux types de réactions nucléaires : la fusion (des noyaux légers comme l’hydrogène et l’hélium) et la fission (des noyaux atomiques lourds comme l’uranium et le plutonium).

Contrairement aux trois autres énergies précédemment citées, le nucléaire, bien qu’exploitant des sources non-renouvelables, n’émet quasiment pas de CO2 et autres gaz à effet de serre (GES).

On peut donc considérer l’énergie nucléaire comme une énergie fissile, c’est-à-dire une énergie produite par des ressources non-renouvelables (uranium, plutonium par exemple), mais qui n’émet pas de GES. Cependant, l’énergie fissile produit des déchets radioactifs.