Le prix de l’électricité en France par rapport à l’Europe

Quels sont les prix de l’électricité en Europe ?

Les tarifs réglementés de l’électricité en France ont connu cette année encore une importante hausse. Malgré les augmentations constantes, l’Hexagone est souvent réputé pour proposer des prix plutôt avantageux par rapport à ses voisins européens. Vattenfall fait le point sur les prix de l’électricité en Europe et compare les évolutions et la situation des différents Etats membres avec le cas français.

Électricité : quel est le prix de vente pour les particuliers en Europe ?

Composé de 28 membres à la situation économique parfois très différente, l’Europe affiche des disparités tarifaires relativement importantes entre pays : les tarifs peuvent ainsi varier entre 8 et 30 centimes d’euros le kWh selon les Etats. En conséquence, si la moyenne observée dans l’Union Européenne est plutôt basse, elle n’est pas forcément significative d’un pays à l’autre.

En 2018, le prix moyen de l’électricité en Europe était de  0,211 euros TTC/kWh (21 centimes)  – seuls 8 pays sur 28 membres proposent de l’électricité plus chère que cette moyenne (toutes les données communiquées dans l’article proviennent de la dernière étude statistique Eurostat).

Le prix médians de l’électricité pour les ménages (par pays)

Les pays qui proposent de l’électricité plus chère que la moyenne européenne : 
-    Le Danemark, qui est, en 2018, le pays le plus cher d’Europe pour la fourniture d’Electricité (0,312 euros TTC/kWh) ;
-    L’Allemagne (0,3 euros TTC/kWh) ;
-    La Belgique (0,294 euros TTC/kWh) ;
-    L’Irlande (0,254 euros TTC/kWh) ; 
-    L’Espagne (0,248 euros TTC/kWh) ; 
-    Le Portugal (0,229 euros TTC/kWh) ; 
-    Chypre (0,218 euros TTC/kWh) ; 
-    L’Italie (0,216 euros TTC/kWh).

Les pays qui proposent de l’électricité moins chère que la moyenne européenne : 
-    Le Royaume-Uni (0,202 euros TTC/kWh) ;
-    L’Autriche (0,201 euros TTC/kWh) ; 
-    La Suède (0,199 euros TTC/kWh) ;
-    La France (0,18 euros TTC/kWh) ;
-    Les Pays-Bas (0,171 euros TTC/kWh) ;
-    La Finlande (0,17 euros TTC/kWh) ; 
-    Le Luxembourg (0,169 euros TTC/kWh) ;
-    La Grèce (0,165 euros TTC/kWh) ;
-    La Slovénie (0,164 euros TTC/kWh) ; 
-    La République Tchèque (1,59 euros TTC/kWh) ;
-    La Lettonie (0,151 euros TTC/kWh) ;
-    La Slovaquie (0,146 euros TTC/kWh) ; 
-    L’Estonie (0,142 euros TTC/kWh) ; 
-    La Pologne (0,14 euros TTC/kWh) ;
-    La Roumanie (0,132 euros TTC/kWh) ;
-    La Croatie (0,132 euros TTC/kWh) ;
-    Malte (0,131 euros TTC/kWh) ; 
-    La Hongrie (0,112 euros TTC/kWh) ;
-    La Lituanie (0,11 euros TTC/kWh) ;
-    La Bulgarie (0,101 euros TTC/kWh).

Le prix de l’électricité en France pour les ménages

Comme le démontre le classement des pays européens établi par Eurostat, la France est le 17ème pays le moins cher pour l’électricité en Europe, avec un prix moyen de vente de 0,18 euros TTC/kWh ; elle est donc le 12ème pays le plus cher sur les 28 membres de l’Union Européenne. 
En 2 ans (de 2016 à 2018), l’Hexagone est passé de la 16ème à la 17ème place des pays les moins chers. Une situation qui peut s’expliquer par la hausse des taxes et leur poids important dans le tarif final (en France, les taxes représentent environ un tiers du prix du kWh d’électricité). 
Contrairement à la croyance populaire, la France n’est donc pas l’un des pays européens les moins chers en termes de fourniture d’électricité – et ce malgré l’importance de son parc nucléaire. Les pays qui proposent les prix les plus avantageux sont en fait la Bulgarie, la Lituanie, la Hongrie, Malte et la Croatie. 
Malgré ces constatations, il n’est pas faux d’affirmer que les prix de l’électricité restent plutôt attractifs pour les ménages français :

  • Son tarif de vente moyen est situé en-dessous de la moyenne européenne ;
  • La France reste encore l’un des pays d’Europe de l’Ouest les moins chers pour l’électricité. Elle se place loin derrière le Danemark, l’Allemagne, la Belgique, l’Irlande, et derrière ses voisins espagnols et italiens (bien que son PIB soit plus élevé). En prenant en compte le pouvoir d’achat de chacun de ces pays, on s’aperçoit que l’électricité représente une dépense beaucoup moins importante en France pour les ménages que dans des pays voisins où le PIB est parfois inférieur. 
  • Bien que l’électricité soit plus chère en France que dans la plupart des pays de l’Europe Centrale et orientale, elle revient en fait, en termes de parité de pouvoir d’achat, plus cher dans ces pays que dans l’Hexagone.

Malgré les hausses fréquentes des prix, les tarifs appliqués en France restent donc plutôt avantageux pour les particuliers. Toutefois, leur hausse importante et continue risque de peser prochainement  plus fortement sur les dépenses des ménages – le Sénat envisage une hausse de plus de 50% d’ici 2020.

Quels sont les prix de vente en France et en Europe pour les professionnels ?

Les tarifs de vente pour les consommateurs hors ménage (industriels et professionnels) diffèrent fortement des prix de l’électricité pour les ménages. 
En Europe, le prix moyen de vente de l’électricité pour les industriels et les professionnels était de 0,115 euros HT/kWh en 2018. 
Dans ce domaine, la France propose là encore un prix inférieur à la moyenne de l’Union Européenne, soit 0,089 euros HT/kWh en 2018. Ce tarif lui permet de se classer à la 12ème place des pays les moins chers d’Europe pour l’électricité – une place identique à l’année 2016. 
Dans cette catégorie de consommateurs : 

  • Les pays les moins chers pour l’électricité sont la Finlande (0,069 euros HT/kWh), la République Tchèque (0,072 euros HT/kWh) et la Suède (0,073 euros HT/kWh). 
  • Les pays les plus chers pour l’électricité sont la République de Chypre (0,181 euros HT/kWh), l’Italie (0,152 euros HT/kWh) et l’Allemagne (0,143 euros HT/kWh). 

Les écarts de prix entre pays s’expliquent cette fois-ci moins par leur situation géographique (états membres fondateurs à l’ouest affichant des tarifs élevés, nouveaux arrivants au centre et à l’ouest proposant des prix plus modérés) que par la libéralisation du marché – les pays qui possèdent un marché de l’électricité libéral affichent généralement des prix plus élevés.

Quelle est l’évolution des prix de l’électricité en Europe ?

Le prix médian de l’électricité en Europe a connu une hausse importante en 10 ans, passant de 0,158 euros par kWh en 2008 à 0,211 euros en 2018. L’augmentation des prix est restée relativement stable et continue, excepté entre 2015 et 2016, où les tarifs du kWh sont passés de 0,21 euros à 0,205 euros. 
La majorité des pays de l’Union Européenne possède une évolution similaire à celle de la moyenne européenne. Quelques pays européens ont toutefois connu une augmentation plus conséquente. C’est notamment le cas de la France (+ 30% depuis 2008), de l’Allemagne, qui est passé de 0,26 euros le kWh en 2012 à 0,292 euros en 2013 ou du Danemark, passant de 0,267 euros à 0,3 euros entre 2010 et 2012. 
Enfin, seule une minorité de pays a connu une baisse des prix significative. Il s’agit notamment de l’Espagne, qui a vu ses tarifs de vente passer de 0,237 euros en 2015 à 0,218 euros en 2017, ou de la Suède, dont les prix ont baissé entre 2013 et 2014, passant de 0,21 euros le kWh à 0,187 euros.

L’évolution détaillée des tarifs réglementés de l’électricité (tarif bleu EDF) en France

  • 2006 : + 1,7%
  • 2007 : +1,1%
  • 2008 : +2%
  • 2009 : +1,9%
  • 2010 : +3%
  • 2011 : +1,7%
  • 2012 : +2%
  • 2013 : +5%
  • 2014 : +2,5%
  • 2015 : +2,5%
  • 2016 : +2%
  • 2016 : -0,5%
  • 2017 : +1,7%

Pour rappel, l’évolution des prix de l’électricité en France est calculée sur les tarifs réglementés EDF fixés par l’Etat. Depuis l’ouverture du marché, il existe des prix fixés librement par plusieurs fournisseurs d’énergie. Si leurs tarifs sont souvent indexés sur les prix réglementés, ils proposent parfois des prix plus avantageux. C’est notamment le cas chez Vattenfall, qui offre une réduction de 10% sur l’électricité par rapport aux tarifs Bleu EDF. 

Comment évoluent les prix de l’électricité en France ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’évolution des tarifs réglementés de l’électricité en France. En détaillant le modèle standard de la facture énergétique, il est possible de saisir plus facilement ces mécanismes d’évolution. 
La facture d’électricité comprend :

  • La partie qui rémunère ENEDIS (le distributeur, ex ERDF) et RTE (le chargé du transport), les gestionnaires du réseau. Ces prix sont fixes et n’évoluent pas. 
  • La partie qui permet de payer les frais associés à la production et à la commercialisation de l’électricité. Associés à la fourniture d’électricité, ces prix varient selon les fournisseurs. 
  • Les taxes et les contributions, qui représentent 32 % de la facture finale.

En France, les tarifs sont fixés de manière à couvrir les frais de tous ces acteurs. Les prix de l’électricité varient également en fonction de la localisation, puisque certaines taxes dépendent des autorités locales. 

Vattenfall vous propose des offres d’électricité à la fois avantageuses pour l’environnement et pour votre budget énergétique. Profitez de nos petits  prix et d’une électricité garantie verte et/ou neutre en carbone pour éclairer et/ou chauffer votre domicile ou entreprise. 

Pour en savoir plus sur les offres d'électricité de Vattenfall

Contacter un conseiller
0389360097 Prix d'un appel local, du lundi au samedi, de 9h à 20h