25 astuces pour réduire sa consommation d'électricité et de gaz

25 astuces pour économiser de l’énergie (pros et particuliers)

Les factures d’électricité et de gaz augmentent chaque année, affectant ainsi le pouvoir d’achat des ménages. Cependant, il existe de nombreuses astuces pouvant permettre de réduire sa consommation d’énergie et ainsi, faire des économies considérables tout au long de l’année.

La répartition de la consommation énergétique du ménage moyen en France est de 60 % en chauffage, 15 % en eau chaude, 15 % en gros électroménager, 11 % pour les autres appareils électroménagers puis enfin, les derniers pourcentages sont pour l’éclairage et la climatisation.

Le chauffage

D’après l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le chauffage représente environ 60 % des dépenses d’énergie, ce qui en fait le poste le plus important de consommation énergétique. Ainsi, réduire sa consommation peut avoir un réel impact sur votre facture.

Chauffez en fonction de vos besoins

Adapter le chauffage en fonction de ses besoins est essentiel lorsque l’on souhaite économiser du gaz et/ou de l’électricité. Les températures recommandées par l’ADEME sont de 19°C pour les pièces à vivre (salon, bureau, cuisine…), de 21°C pour la salle de bain et enfin, de 16°C pour les chambres à coucher. La température peut être régulée de manière localisée grâce à des robinets thermostatiques. Il est conseillé de diminuer de quelques degrés la température lorsque vous allez vous coucher. Cela permet d’économiser tout en s’assurant d’un sommeil plus réparateur. La baisse de température recommandée par l’ADEME est de 3°C, dans toute la maison. Notez qu’une réduction de température de 1°C permet de réduire la facture de chauffage d’environ 7 %. Ainsi, il peut être judicieux de s’habiller plus chaudement et de baisser la température. Il ne faut pas non plus oublier que le chauffage de certaines pièces comme le couloir par exemple, est quasi inutile étant donné le peu de temps que vous y passez.

Chauffez en fonction de votre présence dans la maison

Comme il a été mentionné plus haut, 1°C de moins permet de faire des économies de 7 % sur sa facture énergétique. Ainsi, pour réduire sa consommation, il est important de mettre en place une planification ainsi qu’une programmation de la température. Cela peut se faire par la pose d’un thermostat connecté qu’il est possible de programmer, pour pouvoir baisser la température lorsque vous n’occupez pas votre logement. Un thermostat peut être programmé de manière différente en fonction des jours de la semaine et permet de réguler la température de façon particulière pour les weekends par exemple. Réguler sa température par le biais d’un thermostat permet de réduire sa consommation énergétique jusqu’à 25 %. Il existe plusieurs types de thermostats qui permettent de réguler la température d’un logement.

On retrouve tout d’abord le thermostat d’ambiance, qui est le système qui existe depuis le plus longtemps. Il permet uniquement une variation de la température de consigne et ne peut pas être programmé. Son prix n’est pas élevé et il est très simple d’utilisation. Notez que si jamais vous occupez votre logement selon des heures fixes, votre chaudière dispose d’une programmation horaire qui peut vous permettre de diminuer la température lorsque vous êtes absent, tout en amorçant une augmentation de celle-ci, trente minutes avant que vous ne rentriez. Dans le cas d’une absence plus longue, vous n’avez pas besoin de couper entièrement le chauffage. Si vous vous absentez pour moins de deux jours, il vaut mieux diminuer la température de 10°C pour éviter un effort de chauffage trop élevé à votre retour.

Nous retrouvons ensuite le thermostat d’ambiance programmable. Il marche de la même manière que celui cité plus haut et permet de diminuer la température en fonction des différents moments de la journée. Il est simple d’utilisation et son prix varie entre 50 et 200 euros.

Enfin, on retrouve le thermostat connecté. C’est un appareil qui permet le paramétrage du chauffage à distance à toute heure de la journée, à partir du réseau Wifi. Son prix est généralement de 100 euros pour les premiers prix.

Entretenez votre chaudière

Si vous souhaitez économiser du gaz ou d’autres combustibles, l’entretien de votre chaudière est essentiel. D’après le décret n°2009-649 du 9 juin 2009, une révision annuelle de toutes les chaudières ayant une puissance entre 4 et 400 kW est obligatoire. Que vous disposiez d’une chaudière au fioul, au charbon ou au gaz naturel en France, elle devra impérativement être révisée une fois par an afin de s’assurer de son bon fonctionnement ainsi que de votre sécurité. L’ADEME a mené des études qui ont démontré qu’entretenir son système de chauffage de manière régulière permet une diminution d’environ 5 % sur la facture énergétique. De plus, une chaudière bien entretenue permet de réduire le risque d’incidents techniques ou de pannes de 5 fois. De même, cela augmente considérablement sa durée de vie.

Si votre chaudière n’est pas bien entretenue, il y aura bien plus de risques que celle-ci présente des dysfonctionnements et que ses performances en soient réduites. Qui plus est, cela représente aussi un risque d’une émission de CO2 (monoxyde de carbone) en trop grande quantité, ce qui pourrait conduire à une intoxication. Un entretien régulier permet de déceler ce genre d’émission, ainsi, il est très important de le faire tous les ans. La plupart du temps, le problème vient d’appareils qui ne sont pas entretenus correctement, bouchés, ou qui ne disposent pas d’une bonne ventilation. Ainsi, l’entretien représente une réelle prévention.

À côté de cela, n’oubliez pas de modifier le mode de votre chaudière individuelle en été, afin qu’elle ne fonctionne que pour l’eau chaude. Vous pouvez aussi installer des panneaux solaires qui vous permettraient d’avoir de l’eau chaude tout au long de l’été, sans avoir recours à votre chaudière.

En ce qui concerne la chaudière à gaz, vous pouvez facilement vous passer de la veilleuse en optant pour l’allumage automatique. Cela vous permettra de faire de véritables économies de gaz.

Entretenez vos radiateurs

Le dépoussiérage régulier des radiateurs peut permettre d’effectuer des économies d’énergie allant jusqu’à 10 %. Les dépôts de poussière entravent véritablement les performances des radiateurs. À côté de cela, assurez-vous qu’il existe un espace suffisant autour de vos radiateurs afin de garantir la circulation de l’air. Il ne faut pas non plus poser des objets dessus ou trop près d’eux, car ils pourraient réduire leur rayonnement en absorbant l’énergie thermique. Mettre en place des panneaux réfléchissants sur des murs non isolés, derrière les radiateurs, peut permettre d’augmenter leurs performances de 5 à 10 %.

Si vous disposez de radiateurs hydrauliques, n’oubliez pas de les purger de manière régulière en vous occupant tout d’abord des radiateurs les plus bas. C’est une étape très importante, en particulier lorsque le système de chauffage se remet en route, au début de la période de chauffe. L’air qui se trouve dans les radiateurs entrave la circulation de la chaleur et peut créer divers dysfonctionnements au niveau du système de chauffage. L’isolation des tuyaux du circuit de chauffage peut aussi permettre de diminuer d’environ 10 % la consommation d’eau chaude.

Si vous disposez d’un système de chauffage hydraulique ancien, votre tuyauterie peut éventuellement s’oxyder et former des boues grâce aux sels minéraux que l’on retrouve dans l’eau du circuit. Cela peut considérablement réduire les performances de votre chauffage (d’environ 40 %). La pose de vannes thermostatiques sur les radiateurs hydrauliques permettrait de régler les radiateurs de chaque pièce en réduisant la facture énergétique de 5 à 10 %.

Le chauffage au bois

Si vous souhaitez véritablement économiser du gaz, le chauffage au bois est l’une des manières les plus économiques de chauffer son logement, en plus d’avoir l’avantage d’être agréable. Cependant, l’utilisation d’une cheminée ouverte n’est pas la meilleure solution étant donné que le rendement est faible de par les courants d’air de la cheminée. Un meilleur rendement peut être assuré par le recours à un poêle à bois. N’oubliez pas de privilégier du bois sec ayant plus de 2 ans afin de bénéficier d’un rendement énergétique plus élevé.

L’étanchéité des portes et des fenêtres

Il est important de surveiller l’étanchéité des portes et fenêtres lorsque l’on souhaite faire des économies d’énergie. Les problèmes d’isolation représentent à peu près 15 % des pertes d’énergie au sein d’une maison et encore plus lorsqu’il s’agit d’un appartement. Pensez toujours à fermer vos fenêtres et vos volets la nuit afin de diminuer les déperditions de chaleur. Vous pouvez éventuellement acquérir des rideaux isolants. Ces deux techniques pourraient vous permettre de diminuer vos pertes d’énergie de 15 à 50 %.

Parallèlement, vous pouvez aussi trouver les portes et les fenêtres qui donnent sur des pièces qui ne sont pas chauffées ou alors sur l’extérieur et les équiper de manière adéquate afin de réduire les déperditions d’énergie. Vous pouvez coller des joints en plastique ou en mousse sur vos fenêtres ou alors y fixer des joints en silicone ou en métal. En ce qui concerne les portes, optez pour les plinthes, les baguettes de porte ou les coussins pour les bas de porte. Vous pouvez trouver ce type d’équipement dans n’importe quel magasin de bricolage.

Cependant, même si l’isolation du logement est essentielle, il ne faut pas pour autant cesser son aération. Il est conseillé de laisser les fenêtres grandes ouvertes tous les jours sur une durée minimale de 10 minutes. Cela permet d’expulser l’humidité, de maintenir un environnement sain et d’accentuer la sensation de chaleur. Bien entendu, il vaut mieux procéder à l’aération au cours de la journée, lorsque la température est plus douce. À l’inverse, la nuit (en hiver), il vaut mieux fermer les volets ou les rideaux afin de conserver la chaleur qui a été accumulée au cours de la journée. Des bourrelets devant les portes d’entrée peuvent aussi aider au maintien de la chaleur.

Afin d’avoir une conservation optimale de la chaleur en hiver, il faudrait laisser les rideaux ouverts durant la journée et les fermer lorsque la nuit tombe. Les rayons du soleil permettent de chauffer l’habitation durant la journée. En revanche, en été, il vaut mieux les fermer la journée et les ouvrir le soir afin que la chaleur puisse s’échapper.

Vous pouvez éventuellement avoir recours à des travaux d’isolation pour votre logement. Même s’ils peuvent paraître chers, c’est un investissement sur le long terme étant donné qu’ils permettent d’éviter des pertes de chaleur considérables et ainsi, réduire la facture énergétique. Un logement à l’isolation optimale peut gagner environ 25 % de chaleur supplémentaire.

L’eau

De nombreux logements disposent d’un ballon d’eau chaude. Cependant, beaucoup de personnes n’ont pas connaissance du fait que l’on peut faire des économies considérables en le faisant fonctionner seulement en heures creuses. L’option heures pleines/heures creuses est disponible pour environ 11,7 millions de logements en France. La plupart de ces logements disposent le plus souvent d’un ballon d’eau chaude qui fonctionne à l’électricité. Avec l’option heures pleines/heures creuses, le coût de l’électricité est d’environ 30 % inférieur durant 8h par jour (heures creuses) et de 16 % supérieur durant 16h par jour (heures pleines). Les heures creuses peuvent être soit divisées en deux plages horaires (entre 12h et 16h et entre 21h30 et 7h30) soit consécutives.

Mettez votre compteur électrique en position «Auto»

Un cumulus (ballon d’eau chaude) est composé d’une résistance électrique ainsi que d’une cuve qui est toujours remplie d’eau. L’action de cette résistance est continuellement régulée par un thermostat afin que la température de l’eau puisse être à environ 60°C. Le thermostat active la résistance lorsque cette température baisse (quand de l’eau froide entre dans le cumulus alors que de l’eau chaude est consommée). Lorsque la température revient à sa valeur normale, l’alimentation de la résistance est éteinte et la température de l’eau est maintenue par une enveloppe isotherme. De ce fait, même si la résistance est coupée, la température de l’eau peut être conservée pendant plusieurs jours. Les logements qui bénéficient de l’option heures pleines/heures creuses ainsi que d’un cumulus pour chauffer l’eau chaude sanitaire (ECS), ont la possibilité de paramétrer leur chauffe-eau de façon à ce qu’il ne marche que lors des heures creuses.

Il existe trois positions de contacteur sur le tableau électrique. La première, la marche forcée, fait en sorte que le chauffe-eau marche de manière continue, que ce soit en heures pleines ou en heures creuses. On retrouve ensuite le mode « auto » qui lui permet de ne fonctionner que durant les heures creuses et interrompt son fonctionnement durant les heures pleines. Enfin, la dernière position correspond à l’alimentation coupée. Elle coupe complètement l’alimentation du chauffe-eau en électricité, ce qui permet de faire des économies lorsque vous vous absentez pendant plusieurs jours.

Réglez le thermostat

Le thermostat correspond à la partie du chauffe-eau qui permet de contrôler la température de l’eau à l’intérieur du cumulus. Baisser la température du thermostat peut aider à économiser une certaine quantité d’énergie. Cependant, il est fortement déconseillé de la baisser en dessous en 50°C étant donné que cela peut permettre à la légionelle (responsable de la légionellose) de proliférer dans l’eau (à des températures entre 20°C et 40°C).

Parfois, il est possible de régler le thermostat par le biais d’une molette qui se trouve en dehors du chauffe-eau. Dans certains cas, il faut enlever le capot de sécurité afin de pouvoir atteindre le thermostat. Si tel est le cas chez vous, pensez à éteindre le chauffe-eau au préalable afin de ne pas vous mettre en danger.

L’importance d’un bon équipement

Pensez à isoler vos tuyaux d’eau chaude dans les espaces qui ne sont pas chauffés, sans oublier de vérifier que la température du chauffe-eau est entre 55 et 60°C. Si elle est plus élevée que 60°C, cela présente de grands risques d’entartrage. De même, votre chauffe-eau devrait être détartré tous les deux à trois ans environ.

À côté de cela, vous pouvez aussi équiper votre cuisine ainsi que votre douche de robinets thermostatiques. C’est un investissement qui vous permettra d’économiser jusqu’à 30 % en comparaison d’un robinet mélangeur.

Pensez à laisser vos robinets mitigeurs sur la position la plus froide quand vous ne vous en servez pas. Vous pourrez ainsi faire des économies allant jusqu’à 10 %. De même, n’hésitez pas à équiper votre pommeau de douche d’un économiseur d’eau ou de placer des écomousseurs sur vos robinets afin de réduire le débit en canalisant le jet et en faisant mousser l’eau.

Pensez à vérifier systématiquement si vos robinets ne fuient pas. C’est un problème qui entraîne une consommation supplémentaire d’environ 35 000 litres d’eau par an et par robinet.

Aérez votre salle de bains après avoir pris une douche ou un bain afin de réduire l’humidité de votre intérieur. Par ailleurs, il est bien plus économe de privilégier les douches qui permettent de consommer trois fois moins d’eau que les bains.

L’éclairage

L’éclairage d’une habitation est aussi un poste de consommation d’énergie important. En France, un logement dispose en moyenne de 25 points lumineux. Cela entraîne une dépense d’environ 325 à 450 kWh chaque année, qui pourrait être réduite en changeant simplement certaines habitudes

Des ampoules adéquates

La mise en place d’ampoules basse consommation à la place d’ampoules classiques peut permettre de réduire sa consommation d’électricité d’environ 4 à 5 fois. Ces ampoules ont certes, un prix un peu plus élevé, mais elles durent plus longtemps et leur coût est rapidement amorti (moins d’un an d’utilisation en général). Il faut savoir que la chaleur qu’émet une source de lumière correspond à de l’énergie dissipée et les ampoules classiques chauffent bien plus que les ampoules basse consommation. Ainsi, privilégier ces dernières peut permettre de faire des économies.

Pour ce qui est de la lumière d’ambiance, préférez l’éclairage LED aux lampes halogènes. Les lampes LED émettent moins de lumière, mais consomment aussi beaucoup moins d’électricité. En ce qui concerne des pièces comme la salle de bain ou la cuisine, il vaut mieux avoir recours à des néons. Ils ressemblent à des ampoules basse consommation, mais ont des performances généralement plus élevées.

N’oubliez pas de nettoyer les abat-jours ainsi que les ampoules de manière régulière dans le but de supprimer la poussière et de retrouver plus de luminosité.

Misez sur l’éclairage naturel

L’optimisation de l’éclairage naturel peut aider à faire des économies considérables en matière d’énergie. Pour cela, il suffit d’organiser son logement de façon à ce que l’éclairage naturel soit privilégié face à l’éclairage artificiel. Par exemple, au lieu d’utiliser une lampe à chaque fois que vous travaillez, positionnez votre bureau près d’une fenêtre afin que la lumière naturelle puisse être suffisante. De plus, elle est meilleure pour les yeux que la lumière artificielle. Quand il fait jour, pensez à ouvrir vos volets et vos rideaux et vérifiez qu’il n’y a pas d’arbres qui gênent le passage de la lumière face à vos fenêtres.

Un bon aménagement et de bons réflexes à adopter

Afin de disposer d’un éclairage optimal, les couleurs claires sont à privilégier pour les murs ainsi que les appareils d’éclairage. Cela permettra à la lumière de se répartir de manière uniforme dans votre intérieur de par les réflexions entre les parois.

Disposer de plusieurs points lumineux répartis dans une pièce est plus avantageux que d’avoir une seule source de lumière. Ainsi, si vous souhaitez seulement travailler à votre bureau ou vous adonner à la lecture, il vous suffira d’allumer une de vos sources lumineuses qui consomment moins qu’un point lumineux ayant pour but d’éclairer une pièce entière.

Vos activités de requièrent pas toutes la même puissance d’énergie. Pour travailler ou pour lire par exemple, une ampoule basse consommation de 20 Watts est suffisante et vous pouvez utiliser une lampe de seulement 5 Watts pour regarder la télévision.

N’oubliez pas d’éteindre la lumière à chaque fois que vous quittez une pièce. C’est un réflexe qui est facile à adopter et qui peut permettre de faire des économies significatives sur le long terme.

L’électroménager

De nos jours, 95 % des foyers sont équipés d’un réfrigérateur, d’un lave-linge, d’un lave-vaisselle, d’un four, etc. Cela augmente considérablement la consommation d’électricité des ménages. Cependant, il existe des gestes à adopter qui peuvent permettre de réduire cette consommation.

Le réfrigérateur et le congélateur

Un frigo consomme en moyenne près de 400 kWh par an et le congélateur, quant à lui, a une consommation moyenne de 500 kWh. Ainsi, si l’on ne prend pas en compte le chauffage ainsi que l’eau chaude, les appareils de froid représentent le premier poste de consommation énergétique en matière d’électricité. Ces appareils peuvent avoir une consommation encore plus élevée si on ne les utilise pas convenablement.

Pour commencer, réglez la température de votre réfrigérateur entre 2,7 et 5°C et vérifiez-la régulièrement (celle du congélateur peut être à -18°C). Vous pouvez acquérir un thermomètre pour réfrigérateur pour pouvoir être sûr de sa température. Il ne faut pas oublier de le dégivrer de manière régulière afin d’éviter que cela n’augmente sa consommation. L’idéal serait de le faire une fois que le givre commence à dépasser 3 millimètres. Il en est de même pour votre congélateur. Notez qu’un congélateur qui n’a pas été dégivré peut consommer environ 30 % d’énergie supplémentaire.

Misez aussi sur l’emplacement de ces appareils. Afin de pouvoir produire du froid, ils doivent rejeter une certaine quantité de chaleur qui doit être évacuée de manière efficace. Afin de créer une aération optimale, il faut laisser suffisamment d’espace entre le mur et l’appareil. De même, n’oubliez pas de nettoyer la poussière des sorties d’air à peu près tous les six mois. Parallèlement, il vaut mieux placer le réfrigérateur et le congélateur loin des différentes sources de chaleur comme le four, le radiateur, la fenêtre, la cuisinière… Vérifiez aussi régulièrement l’étanchéité des joints afin de vous assurer de l’absence de fuites.

Pensez aussi à optimiser le rangement à l’intérieur de ces appareils afin d’améliorer leur fonctionnement et n’y mettez jamais de plat chaud. Laissez-les refroidir de manière naturelle pour les placer au frais plus tard afin de limiter la consommation de vos appareils. Enfin, évitez de laisser les portes de votre réfrigérateur ou congélateur ouvertes trop longtemps.

Le lave-linge, le sèche-linge et le lave-vaisselle

Pour commencer, le fait de faire tourner son lave-linge à l’eau froide permet d’effectuer des économies considérables tout en effectuant un lavage efficace. D’après l’ADEME, ces dernières années, le nombre de cycles de lave-vaisselle est passé de 3,1 à 4,1 par semaine étant donné qu’on les fait fonctionner de manière plus régulière, sans les remplir comme il faut. Si vous voulez faire des économies, n’utilisez votre lave-vaisselle que lorsque celui-ci est plein. Si vous ne disposez pas d’un lave-vaisselle, servez-vous d’un bac pour faire la vaisselle à la main.

Qu’il s’agisse du lave-vaisselle ou du lave-linge, il est bien plus rentable de faire des machines pleines et de les lancer en cycle court et à basse température. Utilisez la fonction « éco » si vous en disposez, car elle consomme environ 25 % d’électricité en moins qu’un lavage classique. Quel que soit l’appareil, le facteur numéro un de consommation d’électricité est bien entendu la fréquence d’utilisation de celui-ci. En ce qui concerne le sèche-linge, il consomme environ deux fois plus d’électricité que le lave-linge. Ainsi, il vaut mieux sécher son linge à l’air libre lorsque l’on en a la possibilité.

Ces dernières années, tous ces appareils ont bénéficié d’améliorations qui permettent aujourd’hui de faire des économies d’électricité à chacun de leurs usages. De nombreux produits permettent un lavage efficace de son linge à basse température. Notez qu’un cycle à 30°C réduit de trois fois la consommation d’énergie par rapport à un cycle à 90°C. Le mode « éco » disponible sur les lave-vaisselles permet de consommer moins d’eau et de faire des économies d’électricité d’environ 45 %.

Si vous disposez du double tarif, lancez plutôt vos appareils durant les heures creuses étant donné que le prix de l’électricité est plus faible à ce moment-là. Comparé au tarif de base, le prix du kWh est 10 % plus haut durant les heures pleines et de 25 % moins élevé durant les heures creuses. Si vous souhaitez prendre connaissance de vos heures creuses, reportez-vous à votre facture d’électricité. Les plages horaires sont définies en fonction de votre localisation. Elles peuvent s’étendre seulement la nuit ou en début d’après-midi et durant la nuit avec une durée totale de huit heures.

Enfin, pour en revenir au lave-linge, évitez d’ajouter l’option prélavage lorsque vous lancez une machine et pensez à détartrer celle-ci et à nettoyer les filtres de manière régulière.

Les bons réflexes à adopter en cuisine

Il existe plusieurs gestes qui peuvent être adoptés pour économiser du gaz et de l’électricité en cuisine. Par exemple, lorsque l’on fait bouillir de l’eau dans une casserole, il peut être intéressant de d’abord préchauffer l’eau dans une bouilloire. Si vous ne pouvez pas le faire, mettez un couvercle sur vos casseroles, cela réduira par quatre le temps de chauffe de l’eau en réduisant la consommation d’énergie de 20 %. À côté de cela, lorsque la flamme de vos brûleurs devient jaune, cela signifie qu’il y a un manque d’oxygène. Pour y remédier, il suffit de nettoyer les brûleurs, ce qui rendra la flamme bleue à nouveau.

Faites mijoter vos plats à la marmite. Étant donné son épaisseur, elle permet de créer une diffusion de la chaleur plus efficace qu’une casserole classique. N’utilisez votre micro-onde que pour des cuissons rapides ou pour réchauffer des plats. Le four traditionnel est à privilégier étant donné qu’il consomme environ cinq fois moins d’énergie. De même, la plus grande partie des cuissons ne nécessite pas de préchauffage, ainsi, ne préchauffez pas votre four de manière systématique. C’est une habitude à conserver pour la cuisson de pains ou de gâteaux. Par ailleurs, évitez autant que possible d’ouvrir la porte du four lors de la cuisson. Le four perd 20 % de sa chaleur à chaque ouverture ce qui augmente le temps de cuisson. À ce moment-là, il vaut mieux utiliser la lampe interne du four. Pensez aussi à vérifier régulièrement les joints de votre four ainsi qu’à le nettoyer. Pour ce qui est des plaques électriques, il est conseillé de les éteindre quelques minutes avant la fin de la cuisson.

Les appareils multimédias

De nos jours, les appareils multimédias représentent un des plus importants postes de gaspillage électrique. De nombreux appareils sont équipés d’un mode veille. On retrouve entre 15 et 50 de ces appareils par foyer. Ces dix dernières années, leur consommation globale a augmenté d’environ 30 %.

Bien choisir ses appareils multimédias

Il est essentiel de choisir les appareils multimédias les plus économes lorsque l’on souhaite limiter leur dépense énergétique. Par exemple, il vaut mieux privilégier les téléviseurs à écran LCD étant donné qu’ils consomment moins d’énergie que les téléviseurs ayant un écran plasma. De même, les ordinateurs portables nécessitent entre 50 et 80 % d’énergie de moins que les ordinateurs fixes. Pour ce qui est des imprimantes, il vaut mieux s’équiper d’une imprimante à jet d’encre qui n’a pas besoin de préchauffage et ne requiert que 5 à 10 W tandis qu’une imprimante laser nécessite 200 à 300 W.

De manière plus globale, les appareils multifonctions auront tendance à consommer moins que les équipements qu’ils remplacent, mis à part. Par exemple, une imprimante qui combine photocopieur, fax et scanner nécessite environ 50 % d’énergie de moins que tous ces appareils fonctionnant de manière individuelle.

Enfin, n’oubliez pas de toujours débrancher vos chargeurs d’ordinateur portable et de téléphone, car ils risquent de continuer leur consommation d’électricité, même à la fin de la charge, et ce même s’ils ne sont pas reliés à un appareil.

Les appareils en mode veille

De nombreux appareils multimédias sont équipés d’une connexion Internet permanente. Cela implique un mode veille très énergivore. Même un simple lecteur DVD consommera environ 15 kWh en mode veille, sur un total d’environ 23 kWh par an. Beaucoup d’appareils de petit électroménager bénéficient aussi d’une veille, même si on ne la voit pas. On retrouve parmi eux les appareils programmables comme le four à micro-ondes, la machine à pain, la machine à café, etc.

Pour faire des économies, couper les consommations en mode veille peut être très avantageux. La solution la plus efficace serait de débrancher tous les appareils lorsque l’on ne s’en sert pas, même si cela peut se révéler fastidieux. Pour faciliter la tâche, il existe une solution, c’est de connecter tous les appareils se trouvant dans la même pièce à une multiprise ayant un interrupteur qui pourra être désactivé lorsque l’on quitte la pièce. Vous pouvez aussi vous équiper de prises coupe-veille qui se branchent en amont d’une multiprise. Lorsque les appareils sont éteints, cette prise bloque automatiquement l’arrivée du courant. Le prix de ces prises s’élève à environ 20 euros, mais il peut être rapidement rentabilisé, en l’espace de quelques mois.

Les travaux ou installations pour économiser de l’énergie

Il existe plusieurs types de travaux ou d’installations à mettre en place pour un bâtiment afin de favoriser les économies d’énergie. On retrouve tout d’abord, les travaux d’isolation. Parmi eux, on peut citer l’isolation de la toiture, l’isolation des murs, l’isolation du plancher, la ventilation VMV ainsi que la mise en place de fenêtres à double ou triple vitrage.

Pour ce qui est des installations à énergies renouvelables qui permettent d’obtenir un meilleur bilan énergétique, on retrouve : les panneaux photovoltaïques, le chauffe-eau solaire, le chauffe-eau thermodynamique ainsi que les éoliennes. En ce qui concerne le chauffage écologique, il peut être mis en place par différents modes. Parmi eux, on peut trouver la pompe à chaleur ainsi que les chaudières écologiques. Les travaux de construction écologique peuvent aussi aider à réduire les dépenses énergétiques avec la mise en place d’une toiture végétalisée, la récupération d’eau de pluie, sans oublier la domotique.

Le secteur de l’industrie

Pour ce qui est du secteur de l’industrie, on peut commencer par réduire la consommation des installations industrielles déjà mises en place. En mettant en place des systèmes de préchauffage de l’air sur les fours de distillation, les investissements peuvent devenir rentables en moins de deux ans. Il est aussi possible exploiter les synergies énergétiques entre confrères si la raffinerie se situe près d’autres raffineries. De même, l’on peut réaliser des économies considérables dans les systèmes d’utilités tout comme dans les unités de traitement.

Pour ce qui est des équipements industriels déjà existants, l’on peut identifier les flux qui peuvent aider à récupérer de l’énergie qui n’est pas exploitée tout en identifiant les flux grâce auxquels on peut réinjecter l’énergie récupérée sur les sources en remplaçant ainsi les énergies primaires.

Le secteur de l’informatique et les transports

Les centres de traitement de données consomment des quantités de plus en plus grandes d’énergie, en particulier d’électricité. Le programme Energy Star, lancé par les États-Unis, permet d’endiguer cette croissance de consommation énergétique des ordinateurs. L’on évalue de plus en plus les performances des ordinateurs en termes d’efficacité énergétique. Lorsque l’on considère les appareils électroniques (en particulier en télécommunication et informatique), la prise en compte de la consommation d’énergie pendant le cycle de vie total de l’équipement est essentielle

Pour ce qui est des transports, on retrouve une bonne efficacité énergétique au niveau des transports sur rail. Elle est plus optimale que celle que l’on retrouve dans les transports aériens ou routiers. Ainsi, la relance du vélo et du train fait partie des cinq grandes mesures recommandées par Réseau Action Climat – France afin de lutter contre les changements climatiques.

Comparez les fournisseurs d’énergie

Un simple coup de fil suffit pour changer de fournisseur d’électricité ou de gaz et de réaliser des économies considérables. Cela ne nécessite aucune démarche particulière et aucune intervention n’a besoin d’avoir lieu dans votre logement. Il est estimé qu’un foyer peut réaliser des économies allant en moyenne jusqu’à 200 euros par an s’il parvient à choisir une offre de gaz moins cher ou une offre d’électricité moins chère. Il existe plusieurs compagnies de gaz naturel. Ainsi vous n’avez que l’embarras du choix pour votre contrat de gaz en France (il en est de même pour l’électricité). Les tarifs réglementés de gaz pour professionnels ou particuliers ne sont plus à l’affiche, vous pouvez choisir un fournisseur alternatif qui propose d’autres tarifs de gaz pour professionnels ou particuliers.