Lexique

Principaux termes du secteur de l'énergie

Biomasse

L’ensemble des ressources organiques, végétales ou minérales, qui peuvent être transformées en énergie, constituent la biomasse. La transformation de la matière organique en énergie peut se faire par méthanisation (fermentation puis combustion du biogaz ainsi créé), par combustion ou par transformations chimiques (notamment pour obtenir du biocarburant). Elle s’inscrit dans un processus de développement durable puisqu’elle peut se substituer aux énergies fossiles et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Bourse de gaz

La bourse de gaz est un marché organisé pour les ventes et les achats de gaz en gros. Le prix du gaz varie en fonction de l’offre et de la demande, comme le cours du baril de pétrole par exemple. En France il existe deux points d’échange du gaz : au nord le PEG Nord assure les livraisons physiques tandis qu’au sud de la France il s’agit du TRS. Le TRS provient de la fusion entre PEG Sud et TIGF en 2015. À l’horizon 2018, l’objectif est d’avoir un marché unique.

Bourse d’électricité

La bourse d’électricité, au même titre que la bourse du blé ou de l’or, définit le cours de l’électricité, c’est-à-dire le prix auquel elle pourra être achetée ou vendue en gros. L’achat ou la vente d’électricité pourra être fait pour le jour même ou pour le lendemain (ce sont des marchés au comptant ou “spot”), mais aussi dans quelques mois voir même quelques années.

CAR

C’est l’acronyme de Consommation Annuelle de Référence. Il s’agit de la quantité de gaz consommée en kWh sur une année, pour un lieu donné, et dans des conditions climatiques standard. C’est le fournisseur de gaz (GRDF en France) qui le fixe le 1er avril de chaque année.

CRE

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) est une autorité administrative française indépendante chargée de s’assurer du bon fonctionnement du marché de l’énergie (gaz et électricité) en France. Elle surveille les transactions effectuées entre les différents acteurs du marché de l’énergie (producteurs, fournisseurs, distributeurs et transporteurs), veille à ce que le développement de la concurrence soit possible et arbitre les conflits entre les utilisateurs et les exploitants.

CSPE

Contribution au Service Public de l’Électricité. C’est une taxe sur l’électricité, imposée directement au consommateur. En 2016, elle représente par exemple environ 16% de la facture moyenne d’électricité. Elle sert à rétribuer les opérateurs d’électricité qui supportent les surcoûts liés à la mission de service public qu’ils assurent par exemple le développement de gaz naturel renouvelable, la distribution d’énergie dans les zones non interconnectées (Corse, DOM-TOM). Elle finance aussi le Médiateur national de l’énergie.

CTA

La contribution tarifaire d’acheminement est une taxe spécifique à l’électricité et au gaz mise en place en 2004. Elle concerne les transporteurs et distributeurs d’énergie en France. Elle permet de financer le régime de retraite des salariés d’EDF et GDF. Il s’agit d’un pourcentage de la part fixe du tarif d’acheminement de l’énergie. Elle est prélevée par le fournisseur de gaz/d’électricité directement sur la facture de l’abonnement à l’électricité des consommateurs.

EDF

Le premier producteur fournisseur d’électricité dans le monde et en France est EDF (Électricité de France). EDF est une société d’électricité leader en matière de production et de distribution de l’électricité et couvre de nombreux secteurs comme les centrales nucléaires, l’électricité verte ou la distribution aux particuliers, mais aussi l’électricité pro. En 2004, EDF passe d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) à société anonyme (SA). Une partie de son capital est introduit en bourse en 2005. EDF est également appelé le fournisseur historique.

EEX

European Energy Exchange. C’est une bourse européenne permettant d’échanger des biens énergétiques comme l’électricité, le gaz naturel ou encore les quotas de CO2. Cette bourse a été créée en 2002 et est basée en Allemagne.

Énergie éolienne

L’énergie éolienne consiste à utiliser la force du vent pour produire de l’électricité. Le vent fait tourner les pales de l’éolienne, créant ainsi un mouvement mécanique. Lorsque l’éolienne est couplée à un générateur, cette énergie mécanique est transformée en électricité. C’est une énergie renouvelable, mais son fonctionnement est soumis aux conditions climatiques et son coût d’installation et d’entretien reste élevé. EDF est le principal fournisseur d’électricité verte dans le secteur de l’éolienne en France et dans les 10 premiers producteurs dans le monde en 2007.

Énergie géothermique

La géothermie exploite la chaleur contenue dans nos sous-sols pour produire de l’électricité. Plus l’on creuse profondément, plus les températures sont élevées. À partir d’une certaine température, il est possible d’exploiter cette chaleur pour la transformer en électricité. Cependant ce type d’énergie ne représente qu’une toute petite fraction de l’énergie électrique produite : seulement 0.1% de l’énergie d’origine renouvelable en France en 2008. Elle a l’intérêt d’être quasiment inépuisable et de ne pas dépendre des conditions climatiques.

Énergie houlomotrice

L’énergie houlomotrice consiste à utiliser le mouvement de la houle pour la production d’électricité. L’une des plus grandes fermes houlomotrices se trouve en Australie. Le principe est que des bouées se déplacent grâce au mouvement des vagues. Ces bouées permettent d’actionner un piston qui pressurise un fluide ( transformation de l’énergie mécanique en énergie hydraulique ) qui ira à son tour actionner une turbine pour produire de l’électricité. Cependant les différents moyens d’exploiter l’énergie houlomotrice en sont encore au stade de la faisabilité.

Énergie hydraulique

L’énergie hydraulique représente l’énergie qui peut être exploitée à partir du mouvement de l’eau, que ce soit grâce aux chutes d’eau, aux courants marins, aux vagues, à la marée… Elle est transformée en électricité dans des centrales hydroélectriques. Celles-ci utilisent la hauteur de chute et le débit d’un cours d’eau pour transformer l’énergie potentielle (chute d’eau) et cinétique (vitesse de l’eau) en électricité notamment grâce à l’utilisation de turbines.

Énergie hydrolienne

Une hydrolienne est une turbine qui exploite l’énergie cinétique (vitesse) des courants marins pour produire de l’énergie électrique à la manière des éoliennes. La France posséderait 20% du potentiel européen d’énergie hydrolienne, les 80% restants étant détenus par la Grande-Bretagne. C’est une technologie récente qui fait encore l’objet de nombreuses recherches

Énergie marémotrice

L’énergie marémotrice utilise le phénomène des marées pour produire de l’électricité. Elle peut à la fois exploiter la modification d’énergie potentielle ( élévation du niveau de la mère ) et l’énergie cinétique ( mouvement de l’eau lors de la marée ). Cependant l’exploitation de la marée ne peut se faire que dans des sites très précis et nécessite des aménagements importants, parfois au détriment de l’équilibre écologique local

Énergie osmotique

Il s’agit d’exploiter le phénomène d’osmose qui se produit lorsque deux liquides de salinité différente sont mis en contact. C’est notamment le cas dans les estuaires par exemple. En utilisant une membrane appropriée, il serait possible de produire ainsi de l’électricité. L’avantage significatif par rapport aux autres énergies renouvelables est que ce phénomène a lieu en continu, et donc la production d’énergie pourrait l’être également. Cependant cette technologie en est encore à l’état de recherches.

Énergie solaire

L’énergie solaire peut être exploitée de deux façons différentes : grâce à des technologies photovoltaïques ou thermiques. Dans les deux cas, de l’électricité pourra être produite, mais la technologie thermique permet également de fournir directement de la chaleur. Cette énergie a l’avantage de pouvoir être utilisée à la fois par des particuliers/des collectivités (panneaux solaires installés sur les toits par exemple) ou en plus grande quantité dans des centrales dédiées. C’est également une source d’énergie inépuisable, mais qui dépend des conditions climatiques. En France métropolitaine en 2015 la part d’énergie provenant du photovoltaïque a été de 1.4%.

Éolienne

Une éolienne est un dispositif capable de transformer l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique, elle-même convertie en énergie électrique. Elles peuvent être installées à terre ou en mer (éoliennes offshore). En 2016 en France l’énergie éolienne fournissait 3.9% de l’électricité du pays, plaçant ainsi la France au 4e rang européen.

L’éolienne a l’inconvénient de dépendre des conditions climatiques pour fonctionner

Gaz naturel

Le gaz naturel est un mélange gazeux d’hydrocarbures présent dans certaines roches. Les réserves de gaz naturels sont situées en majorité au Proche-Orient, et 3 pays (Iran, Qatar, Russie) détiennent à eux seuls près de la moitié des réserves mondiales. Il s’agit de la 3e source d’énergie la plus utilisée. En France la compagnie de gazqui distribue la quasi-totalité du gaz naturel est GRDF.

Gazoduc

Un gazoduc est une canalisation qui permet de transporter les matières gazeuses sous pression comme les hydrocarbures. En France la distribution est assurée par différents prestataires de gaz comme GRT gaz qui est une filiale de GDF Suez.

GNL

Gaz Naturel Liquéfié. Il s’agit de gaz naturel qui a été soumis à une très faible température (-181°C à pression atmosphérique) et se retrouve dans son état liquide, ce qui le rend bien moins volumineux. Il est environ deux fois plus léger que l’eau. Cet état condensé rend le transport possible sur de très longues distances, notamment par voie maritime via les gazoducs.

GPL

GPL est l’acronyme de Gaz de Pétrole Liquéfié. Il s’agit d’un mélange d’hydrocarbures provenant à 60% du traitement du gaz naturel et à 40% du raffinage du pétrole. Les hydrocarbures principaux de ce mélange sont le propane et le butane. Lorsqu’il est stocké sous pression, il y a coexistence à la fois de la forme gazeuse et de la forme liquide. Le GPL étant plus lourd que l’air, il existe un risque d’explosion en cas de fuite.

GRD

Le Gestionnaire du Réseau de Distribution est responsable du réseau de gaz ou d’électricité aussi bien concernant son entretien que son fonctionnement ou son développement. Il fournit notamment des câbles et des tuyaux aux fournisseurs et distributeurs électriques pour acheminer l’énergie jusqu’au consommateur. En France c’est une filiale d’EDF qui assure la quasi-totalité de la distribution d’électricité en France. Pour le gaz il s’agit de GRDF.

Kilowatt

Le kW ou kilowatt représente 1000 watts. Les watts sont une unité pour représenter une puissance, comme une puissance électrique par exemple. Cependant pour parler d’une consommation d’électricité on utilisera plutôt le terme de kWh ou kilowatt-heure. C’est l’unité qui est utilisée notamment sur les contrats d’électricité.

Kilowatt-heure

C’est une unité permettant de définir une quantité d’énergie. Elle représente l’énergie consommée par un appareil de 1000 W (ou 1 kW) pendant une heure. Elle vaut également 3.6 mégajoules. Elle est le plus souvent utilisée pour parler de l’énergie électrique, aussi bien en production qu’en consommation.

Offre de marché

En 2007, l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie a permis à un nouveau type d’offre de voir le jour : l’offre de marché. Alors que le tarif réglementé d’électricité ou de gaz est fixé par l’État, l’offre de marché est fixée librement par les fournisseurs. Avant de souscrire à l’électricité ou de prendre un abonnement au gaz, il est important que les consommateurs comparent les différentes offres d’électricité / de gaz pour choisir la plus avantageuse.

Tarif réglementé (TRV)

Le tarif réglementé est le tarif imposé par l’état plus précisément le ministère de l’Énergie, pour le prix de l’électricité et du gaz. Ces tarifs sont mis à jour environ une fois par an pour l’électricité et une fois par mois pour le gaz. Les forfaits d’électricité réglementés sont proposés quasiment uniquement par EDF, et par GDF pour le gaz.

TICFE

Taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité. C’est une taxe due par les fournisseurs pour toute livraison d’électricité à un consommateur final ou pour toute consommation d’électricité finale, et ce quelque soit la puissance souscrite. Depuis 2016 la CSPE (Contribution au service public de l’électricité) a été intégrée au TIFCE. Cette taxe est ensuite reversée aux services douaniers.

TICGN

La Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) est une taxe perçue par l’état en fonction de la consommation en gaz naturel. Depuis 2014 les particuliers y sont soumis, alors qu’ils en étaient exemptés auparavant. En 2016, la contribution biométhane et la CTSSG ont fusionné avec la TICGN pour donner une taxe unique.

TURPE

Créées en 2000, les tarifs d’utilisation des réseaux publics d’électricité ou TURPE ont pour but de rémunérer le Réseau de Transport d’Électricité (RTE), Enedis (anciennement ERDF) et les entreprises locales de distribution. Ils doivent compenser les charges d’exploitation, de développement et d’entretien. Le TURPE est payé par le client soit indirectement via la facture de l’électricité (pour les petits consommateurs) soit directement au gestionnaire de réseau dans le cas d’un contact direct avec le gestionnaire de réseau (en général gros consommateurs). Les trois principales composantes du TURPE sont la composante de gestion, la composante de comptage et la composante de soutirage.

Watt

Le Watt (W) est l’unité internationale de puissance énergétique. On utilisera plus souvent le kW (kilowatt) ou 1kW=1000W ou le kWh (kilowatt-heure ) qui permet de comptabilité la production ou la consommation électrique.