Le développement de l’éolien en France

Le développement de l’éolien en France

Dans le monde, l’Europe est considérée comme le premier producteur d’électricité d’origine éolienne. En France, l’énergie éolienne est une alternative favorable considérant les objectifs de l’État dans les domaines de l’écologie et du développement durable. En effet, en 2016, la France était classée à la quatrième position parmi les pays européens producteurs d’électricité éolienne, avec une production de 20,7 TWh. Dans l’hexagone, il y a environ 500 éoliennes qui sont mises en services chaque année. Cela est la preuve que depuis quelques années l’énergie éolienne est en plein essor.

Production d’électricité éolienne depuis le début du troisième millénaire

En l’an 2000, la France métropolitaine n’a produit que 48 GWh. Depuis l’année 2005, une progression marquante est constatée. En effet, le chiffre de production est estimé à 962 GWh en 2005, 2 182 GWh en 2006, 4 070 GWh en 2007, 9 945 GWh en 2010. La progression croissante se poursuit jusqu’en 2015, avec un chiffre de production évalué à 21,1 TWh. En 2016, il y a une petite régression, avec un total de 20,7 TWh. L’année dernière, les trois plus grands pays producteurs d’énergie éolienne sont l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni, avec respectivement 79,8 TWh, 50,16 TWh et 37,25 TWh.

Répartition des capacités éoliennes par région à mi-2016
Répartition des capacités éoliennes par région à mi-2016 (Source FEE-2016)

 

Puissance à mi-2016 (MW)

  • 1 – Grand Est : 2 710
  • 2 – Hauts-de-France : 2 500
  • 3 – Occitanie : 1 100
  • 4 – Centre- Val de Loire : 910
  • 5 – Bretagne : 890
  • 6 – Pays de la Loire : 690
  • 7 – Normandie : 650
  • 8 – Nouvelle-Aquitaine : 610
  • 9 – Auvergne-Rhône-Alpes : 410
  • 10 – Bourgogne et Franche-Comté : 400
  • 11 – Provence-Alpes-Côte d’Azur : 60
  • 12 – Corse : 20
  • 13 – Île-de-France : 20

L’importance des parcs offshore

Certaines solutions sont déjà adoptées et d’autres envisagées pour le développement de l’exploitation de l’électricité renouvelable. Le but est de pouvoir générer plus d’offres en électricité verte. Parmi les solutions : installation de réseaux éoliens dans une zone géographique plus étendue, favoriser le stockage à grande échelle d’électricité verte produite par l’usage de batteries. Ces options permettent de pallier les problèmes de modification de puissance générés par l’intermittence du vent.

En outre, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a été instaurée en vue de garantir l’atteinte de l’objectif de développement de la filière renouvelable qui aurait pour impact la réduction de l’usage du nucléaire. Présentée le 19 novembre 2015, cette programmation a pour objectif de prioriser l’éolien et le solaire comme sources d’énergie électrique renouvelable. Pour ces deux filières renouvelables, plusieurs actions seront adoptées pour s’assurer que la puissance installée puisse doubler d'ici 2023. Un remarquable développement de l’éolien offshore est aussi attendu. Le but est de multiplier la puissance installée par 12 pour aboutir à un résultat de 3 GW en 2023. L’offshore est dans ce sens considéré comme un important moteur du développement de l’éolien. L’option offshore est favorable, car en mer, les vents sont beaucoup plus puissants, mais aussi plus réguliers. C’est pourquoi les pays européens comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Danemark ont beaucoup misé sur cette alternative.

Du progrès reste à faire…

Il est vrai qu’en France, l’énergie éolienne a pris plus d’ampleur depuis le début des années 2000. Toutefois, en comparaison avec d’autres pays européens comme l’Allemagne, la France a encore une longue route à faire. Encore peu de gens disposent actuellement d’un contrat électricité verte. Toutefois, il est important de se rendre compte de l’utilité de l’énergie renouvelable comme l’éolien. Les statistiques des dernières années prouvent la prise de conscience des Français sur le sujet.

Étant membre de l’Union Européenne, la France a son objectif à atteindre pour 2020 : il s’agit de faire en sorte que la part des énergies renouvelables (EnR) soit à 23 % de la consommation finale d’énergie. En 2020, l’EnR moyenne de l’Union Européenne devra être évaluée à 20 % de sa consommation. Pour ce faire, chaque pays membre a sa contribution. Chaque pays a sa part d’EnR à atteindre. Deux critères spécifiques ont été étudiés pour la fixation du taux : PIB par habitant et part des EnR dans la consommation du pays durant l’année 2005. Les autres pays, dont l’objectif d’EnR se rapproche de celui de la France (entre 20 et 25 %) sont l’Espagne, la Croatie, la Roumanie, la Slovénie, l’Estonie et la Lituanie.

Contacter un conseiller
0389360097 Prix d'un appel local, du lundi au samedi, de 9h à 20h
Découvrir notre offre d'électricité